Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 06:34

Ptah engloutit alors ses lèvres d'un long et tendu baiser. Mâât tenait fermement son cou pendant que les mains de Path étaient descendues jusqu'à ses hanches. Mais soudain, le dieu la repoussa d'un geste. Mâât se retrouva à plus d'un mètre de lui, l'observant, essoufflée et surprise. Elle eut alors peur. Peur que le dieu qu'elle aimait ne la repousse pour de bon, à jamais. Mais ce n'était pas le cas. Ptah commença a dénouer les noeuds de son armure et finit par la retirer. Son torse, plus vigoureux qu'avant était sans doute le plus beau qu'elle ait jamais vu. Il retira ensuite ses jambières et se retrouva bientôt nu face à elle. Mâât l'observait, la bouche presque ouverte de surprise, n'osant dire un mot, n'osant faire un geste, n'osant faire un pas vers lui. Ce fut lui qui marcha jusqu'à elle. Il caressa ses cheveux et elle ferma les yeux. Elle sentait en elle une sorte de flamme brûler de plus en plus fort. Cette flamme ne s'éteindrait pas temps qu'elle n'aurait pas possédé le corps de Ptah. Elle posa ses mains sur son torse et le caressa. Puis relevant la tête vers lui, elle lui donna un baiser. Puis un autre. Enfin, leurs lèvres ne pouvaient plus se séparer. L'excitation montait en eux tel un raz-de-marée, la rapidité de leurs baisers ne faisait qu'accroître cette excitation. Mâât sentit alors sa robe blanche la quitter et son corps nu contre celui de Ptah la fit tressaillir. L'attrapant par les cuisses, il l'amena jusqu'à sa couche et ils se laissèrent tomber dessus. A présent, les mains de Ptah glissaient le long des cuisses de la déesse qui semblait gémir un peu plus. Elle-même avait plaqué ses mains sur les reins du dieu qui l'embrassait à présent dans le cou. Mâât les yeux au plafond, ne voyait même plus, elle ne pouvait plus penser, plus parler.
Enfin, alors qu'elle s'y attendait le moins, il entra en elle. Cette sensation lui fit émettre un cri grave qui fit relever la tête de Ptah. Commençant alors ses mouvements de va et viens, le dieu gémissait à son tour et plongeant son regard dans le sien se laissa guider quelques instants par les gestes de Mâât. La déesse bascula sa tête en arrière si fort qu'il lui sembla que son cou s'était brisé. La main droite de Ptah pétrissait ses seins et elle tentait de s'agripper à son torse dont la puissance lui faisait de plus en plus tourner la tête. La flamme était devenu un feu, maintenant, elle était un brasier immense dont même le déluge ne pouvait venir à bout. Ptah poussa enfin un cri de délivrance et la chaleur dont elle s'était emplie depuis plusieurs minutes la quitta soudain.
Ptah tomba à côté d'elle, essoufflé et souriant :
_Pourquoi... pourquoi? disait-il.
Mâât se tourna vers lui et se redressant lui demanda :
_Pourquoi mon père ne m'a-t-il pas choisit pour devenir ta femme?
Ptah la fixa du regard.
_Parce qu'il m'avait réservé autre chose, répondit-elle. Parce que mon père ne voulait pas que je sois simplement ta femme. Il voulait que je sois libre, comme je le suis maintenant.
_Et il m'a donné ta soeur? Il l'aurait sacrifiée?
Mâât descendit de la couche et ramassa sa robe à terre.
_Je ne sais pas.
Elle enfila sa robe et remarquant qu'il faisait encore nuit et qu'elle était un peu désorientée, elle revint s'asseoir près de Ptah. Il caressa son dos doucement :
_Deviens ma maîtresse, Mâât, dit-il alors. Je t'en prie! Nous ne pouvons être séparés encore une fois!

Repost 0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 15:33

Ils regagnèrent le Palais en pleine nuit, dans le plus grand silence possible. Mâât semblait un peu plus détendue maintenant que le livre était en sûreté. Mais combien de temps Osiris allait-il rester dans l'ignorance? Lorsqu'il apprendra que le livre a été caché, comment réagira-t-il? Mâât ne connaissait pas ces réponses mais elle savait que sa colère serait terrible. Elle s'attendait à quelque chose de terrible, mais elle ignorait ce que cela pouvait bien être.
Seule dans ses appartements, elle avait pris un bain avant de se mettre au lit. Mais elle ne trouvait pas le sommeil. Demandant à ses servantes de lui apporter du vin et des fruits, elle sortit sur le balcon pour observer la lune et les étoiles. Mais autre chose attira son regard. Sur le bord du Nil, une silhouette se dressait, grande et majestueuse. Mâât observait la silhouette lorsqu'elle pivota sur elle-même et dévoila le visage de Ptah dans la nuit. Le coeur de Mâât fit un bond et leurs regards restèrent accrochés l'un à l'autre pendant un moment. Enfin, Ptah détourna les yeux dans un sourire et rentra au Palais. Dès qu'il eut disparut de son champ de vision, Mâât courut dans sa chambre pour appeler ses servantes. Très vite, elle se rhabilla et se remaquilla mais n'eut pas le temps de replacer sa plume-nom car on frappa à la porte. Elle chassa ses servantes d'un geste et alla ouvrir la porte. Ptah était là. La main droite sur son épée au manche d'ébène, son armure noire et dorée, ses jambières de cuir et ses yeux si perçants... Mâât tendit élégamment sa main vers lui et il la saisit. Puis, elle referma la porte derrière lui. Main dans la main ils restèrent un moment à s'observer.
_Pourquoi me fais-tu cela? lui demanda-t-il finalement dans un chuchotement.
Elle prit son autre main dans la sienne et écarta ses bras afin de s'y blottir. Sa joue contre le torse du dieu, elle se sentait irrésistiblement bien. Elle pouvait entendre son coeur battre si fort... et elle sentait sa respiration sur ses cheveux devenir rauque et bruyante. De ses mains devenues rugueuses à force de travail, Ptah caressait son dos. Alors, elle leva les yeux vers lui et Ptah reposa sa question :
_Pourquoi?
Mâât plaqua son torse contre le sien et le corps si fort de Ptah insuffla en elle une telle chaleur que bientôt sa respiration aussi s'accéléra.

_Nous pourrions mourir demain, dit-elle alors.

Repost 0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 08:00

Ils passèrent entre les colonnes qui bien sûr ne leur firent rien. L'immense salle ronde dans laquelle ils se trouvaient maintenant était pavée de marbre blanc. Elle était vide et noire aussi. Cette fois-ci, chacun se demanda ce que Mâât avait prévu. Elle se tourna vers Ptah :
_As-tu amené ce que je t'ai demandé?
Ptah acquiesça de la tête et dévoila deux épées accrochées à sa ceinture. L'une avait le manche en bois mais une fine lame brillante aiguisée et adroite, tandis que l'autre manche était fait d'or mais sa lame était rouillée.
Ptah les enferma dans deux étuis de cuir rouges :
_Voici le choix que l'intrus aura à faire : l'une de ces deux épées, dit alors Ptah. Les étuis sont identiques mais les manches diffèrent et bien entendu, l'une est bien meilleure que l'autre. L'intrus ne peut en choisir qu'une pour sa dernière épreuve. Mais ne pas se fier à ce que l'on voie est le mot d'ordre!
Il leva les deux épées et elles s'élevèrent dans les airs, comme suspendues au-dessus de leurs têtes par des fils invisibles.
_Lorsque l'intrus a choisi son arme, reprit Mâât, l'épreuve finale l'attend.
Elle pointa son doigt devant elle, montrant le noir de la salle circulaire. Il y eut un tremblement immense et un grognement aussi profond que les fondements de la terre. Tous les dieux reculèrent alors car une ombre descendit du plafond pour avancer vers eux. Anubis dit alors :
_Qu'as-tu amené ici? Une créature de Seth!!
_Ca n'est pas n'importe quelle créature de Seth, dit Mâât en observant l'ombre tourner dans la pièce. Cette créature ne peut vivre au soleil, voilà comment mon père l'a capturée. L'intrus devra se battre contre elle. Bien sûr, aucune lame ne peut transpercer ses écailles épaisses, aucune sauf celle que Ptah a confectionné lui-même! La lame se trouvant au bout de l'épée au manche de bois.
Thot sembla impressionné. Tout ce que Mâât venait de réaliser pour lui et la protection du livre lui fit ouvrir les yeux : elle était réellement la déesse la plus forte.
_Où le livre sera-t-il laissé? demanda-t-il alors en dévoilant le livre.
_Derrière la créature se trouve un coffre fait des diamants les plus rares, expliqua Mâât. Le livre y sera déposé.
Traversant la salle alors que l'ombre était retournée au plafond, Thot déposa le livre dans le coffre étincelant de diamants. Puis, en le refermant il eut un soupir de soulagement.
_Es-tu satisfait? lui demanda Mâât en rebroussant chemin.
_Oui. J'admets que je t'ai sous-estimée, je te demande de me pardonner.
Elle posa une main sur son épaule mais n'oublia pas qu'entre eux quelque chose s'était réellement cassé lors de leur dispute à propos de Ptah.

Repost 0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 15:24

Il tourna ses yeux vers elle et elle soutint son regard jusqu'à ce qu'un bruit sourd provenant de la balance leur fit tourner la tête. La plume qui se trouvait dans la balance de droite venait de chuter misérablement sous son poids, alors que la balance de gauche était vide.
_Ptah a donné la bonne réponse, dit-elle. Il ne faut pas donner quelque chose littéralement.
Anubis eut un rire aigue puis regarda la balance avec dégoût. Mâât reprit sa route et ils traversèrent la salle sans un bruit. Ils arrivèrent devant une porte en marbre, sans loquets.
_Qu'est-ce qu'il va se passer maintenant? demanda Sobek.
_C'est à Thot d'en décider, dit Mâât en se tournant vers son compagnie. Voici ton épreuve. Choisis ce que tu veux que l'intrus fasse pour accéder à l'étape suivante.
Thot parut surpris mais croisant le regard de Ptah, il se mit à réfléchir.
_Sans aile je vole, Sans voix je cris, Sans yeux je vois. Qui suis-je?
Thot se tourna alors vers les autres. Anubis et Ptah avaient les sourcils levés, Sobek regardait Mâât avec curiosité qui riait encore une fois :
_Qu'y a-t-il de si drôle? lui demanda Thot.
_Le vent, dit-elle en haussant les épaules.
_Quoi le vent? demanda Sobek en faisant les cent pas.
Anubis éclata alors de rire :
_Le vent est la réponse, Sobek! Evidemment!
_C'est trop facile, c'est ça? demanda Thot.
_Je ne dirai pas cela, dit Ptah en passant la main dans sa cheveux.
Mâât lui sourit et la porte s'ouvrit alors dans un bruit métallique sourd. Une autre salle s'étendait alors devant eux.
_Ici sera l'épreuve de Sobek, annonça Mâât en souriant.
_J'ai déjà pensé à ce que je vais faire, dit-il en avançant vers le milieu de la salle.
Il ferma les yeux et tout à coup, de l'eau se mit à ruisseler du plafond, comme apparut de nulle part. Bientôt, l'eau coulait à grands flots jusqu'à constituer un petit lac dans la salle. Sobek flottait dans l'eau et il revint vers eux en souriant. Mais une fois les pieds au sec, il se retourna encore une fois vers le lac et de grosses masses vertes apparurent en surface.
_Des crocodiles, murmura Anubis dégoûté.
_Oui, des crocodiles, dit Sobek un grand sourire aux lèvres. L'épreuve consistera à passer le lac, il n'y a pas d'autres moyens pour passer de l'autre côté. Si l'intrus qui se présente est l'un de nos descendants, il n'aura qu'à plonger sa main dans l'eau et les crocodiles se mettront en ligne de façon à lui faire un passage. Si au contraire, l'intrus ne doit pas passer, les crocodiles se chargeront de lui!
_Parfait! s'écria Mâât en plongeant elle-même sa main dans l'eau.Les crocodiles se rangèrent en file indienne et ils traversèrent le lac en marchant sur leurs dos. Au bout de cette salle, deux colonnes s'élevaient, menaçantes et noires. Anubis comprit que cela lui était réservé :
_Ces colonnes, expliqua Mâât, sont là pour préparer l'intrus au futur combat qu'il livrera. S'il s'avère être un dieu, ses pouvoirs seront annulés en passant ces colonnes. Si au contraire il est un homme, il ne se passera rien.
Anubis acquiesça d'un signe de tête et touchant de la main les colonnes, leur dicta ses ordres. Il y eut alors un courant d'air glacial et un cri aigue dans le lointain. Ptah saisit son épée et Thot se retourna pour scruter la pénombre. Mais il n'y avait rien.
_Continuons, dit alors Mâât.

Repost 0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 11:09

Ptah observait les colonnes d'un air connaisseur, pendant que Sobek tentait de percer les ténèbres de la salle avec Anubis. Thot tenait le livre serré contre sa poitrine et resta immobile à fixer Mâât.
_Ici commencent les épreuves, poursuivit-elle. Les épreuves que chacun d'entre nous allons imposer à un quelconque visiteur!
Les yeux de Thot s'éclairèrent :
_Tu comptes faire passer des tests à toute personne entrant ici?
_Oui. Dans les siècles à venir, nombreux seront ceux qui voudront percer le secret du grand Sphinx mais aucun n'y arrivera, jusqu'au jour où l'un de nos descendants viendra ici même!
Un silence de mort régnait.
_Un de nos descendants? demanda Ptah en s'approchant d'elle. Tu veux dire qu'ils pourront se servir du livre? Mihos pourrait s'en servir?
_Ce n'est pas ce que j'ai dit, Ptah, dit-elle avec un sourire. Mihos n'a aucune raison de venir prendre le livre, encore moins de savoir là où nous l'avons caché. Je pense à une descendance beaucoup plus lointaine, très lointaine. Lorsque nous tous, nous aurons disparu de cette terre et que nous n'agirons plus sur les hommes tels leurs maîtres, alors pour se débarrasser d'un mal étonnamment puissant, notre descendance viendra ici, pour récupérer le livre!
_Mais après tant de temps, le livre tombera dans l'oublie! fit remarquer Anubis. Qui ne te dit pas qu'Osiris s'en empara avant ces temps?
_C'est justement pour cela que nous allons mettre en place ces épreuves...
_De façon à ce que seulement nos descendants puissent y accéder, c'est ça? demanda Thot.
Elle acquiesça d'un signe de tête. Tous les dieux la regardait avec admiration, envie mais aussi inquiétude.
_Quelles épreuves vas-tu mettre en place? demanda alors Ptah.
Mâât sourit et sans répondre, avança d'un pas dans la pièce obscur qui tout à coup s'illumina d'une lumière intensément blanche. Une voix claire et divine dit alors :
_Donne ce que tu as de plus précieux et si ton don est plus léger que la plume, tu passeras.
Une balance dorée, identique à celle que Mâât utilisait lors des jugements apparut alors comme par magie juste devant elle. Mâât se retourna vers les autres :
_Qu'en pensez-vous?
Anubis vint à ses côtés et dit :
_Ce qu'on a de plus précieux? Nos bijoux, nous avons des bijoux et... nos armes!
_Qui te dit que nous n'aurons pas besoin d'armes après? intervint Thot.
Mâât eut un léger rire et regarda Sobek :
_Toi?
_Ce que j'ai de plus précieux... c'est mon pouvoir.
_Tu y es presque... Ptah?
Le dieu des artisans avança vers la balance avec la tête haute. Mâât avait beau essayer de le voir autrement, mais elle n'y parvenait pas : il était plus beau et puissant que jamais.
_Ce que j'ai de plus précieux est mon coeur et le sang de mes ancêtres qui coule dans mes veines.

Repost 0
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 23:40

Elle sortit de la pièce sur ces mots et sortit du Palais, les autres sur ses talons. Ils enfourchèrent leurs chevaux et prirent la direction du désert. Ils galopèrent jusqu’à la nuit dans la poussière et la chaleur accablante. Mais les dieux ne perçoivent pas ces sensations. Ils arrivèrent bientôt près d’un tas de pierres qu’ils contournèrent. Le tas devait bien mesurer 50 mètres de haut. Il représentait un animal couché et sa tête représentait un homme : un Sphinx.
_Par tous les dieux..., murmura Anubis en voyant le Sphinx si immense.
_Quel travail! remarqua Ptah en descendant de cheval.
_Voici la maison de ton livre, Thot! J’espère qu’elle te plaira!
Thot était bouche bée. L’immensité du Sphinx dépassait tout ce qu’il avait put imaginer. Comment avait-elle été capable de construire un tel monument, dans le plus grand secret? A l’abris de tous regards?
_Père m’a aidée, dit-elle en descendant de cheval. C'est tout ce que je peux te révéler.
_Alors personne ne saura jamais comment il a été construit? demanda Ptah, essoufflé. Un tel monument vaut bien un tel secret!
Mâât les conduisit sur le côté gauche du Sphinx. Là, un petit trou, pas plus grand qu'un enfant de dix ans avait été laissé ouvert. Mâât s'y engouffra, suivit par Anubis. Thot, Sobek et Ptah restèrent dehors, ils hésitaient.
_Eh bien? demanda la voix de Mâât, lointaine. Que faites-vous??
Ils entrèrent alors par le trou l'un derrière l'autre. Sur le chemin, quelques torches éclairaient leurs pas mais par endroit, l'obscurité était telle qu'il fallait se guider des mains pour ne pas se cogner. Mâât avait la chance d'avoir de bons yeux, Ptah également. Mais ça n'était pas le cas des autres. Le couloir dans lequel ils marchaient devenait de plus en plus étroit. Bientôt, Anubis, le plus carré de tous avant Ptah, dut marcher de profil pour pouvoir passer.
_Mâât! dit-il dans un souffle. J'espère que tu ne nous conduit pas en enfer!
_N'aies crainte, Anubis! Faites-moi confiance!
Mais cela devenait de plus en plus dur. Enfin, ils arrivèrent en haut d'un escalier vertigineux de plus de mille marches. Mâât s'y engagea suivit par Ptah et Sobek. Mais Thot resta un instant pensif :
_Cet escalier ne risque-t-il pas de s'effondrer? Il m'a l'air bien vieux!
Mâât se retourna pour le regarder, quelques marches plus haut, Anubis derrière lui.
_Allons, Thot! Crois-tu que je vous aurais tous amené ici dans le but de vous faire tomber avec cet escalier?
Elle ne le laissa pas répondre et reprit son chemin. Thot, poussé par Anubis fut bien contraint d'avancer. En bas de toutes ces marches interminables, ils s'arrêtèrent face à deux colonnes de plus de vingt mètres de haut, qui semblaient délimiter l'entrée d'une salle.
_Nous y sommes! dit-elle en se tournant vers les autres.
La pièce devant eux était plongée dans le noir le plus total.
_Maintenant, c'est l'heure de vous expliquer pourquoi je vous ai tous amenés ici!

Repost 0
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 09:23

Osiris se baissa lentement pour reprendre sa main. D’un geste il la remit en place et furieux regarda Anubis et Ptah ranger leurs épées.
_Sache, lui dit-il en pointant son doigt vers elle, qu’Horus ne viendra présenter aucune excuse à Thot comme tu l’attends! Personne ne te présentera d’excuses, Mâât! Et sais-tu pourquoi? Parce que le livre m’appartient autant qu’il appartient à ton compagnon!
_Tu vas trop loin, Osiris, dit-elle en reculant. Le livre ne peut t’appartenir en aucun cas!
_C’est ce que disait Râ aussi... à propos du trône! Mais regarde, je l’ai eut!
Mâât sentait sa respiration s’accélérer et son coeur battre. Osiris avait le don de lui faire perdre ses nerfs.
_Mâât... reprit-il, faussement gentil. Faisons un échange! Disons, le livre contre ta descendance, non?
_Je ne marchanderai pas ma descendance!
_Bien, comme tu veux. Mais tu parles sous l’effet de la colère... Je te laisse deux jours pour y réfléchir. Prends garde à ta réponse!
Sur ces mots, il tourna les talons et sortit de la pièce. Mâât le regarda s’éloigner puis disparaître. Ensuite, elle ferma ses yeux et poussa un soupir.
_Ca commence à devenir tendu, dit Anubis en regardant les autres. Osiris n’est pas fou, gardons cela en tête!
_Il n’est pas fou, mais il a encore oublié certaines choses! Jamais je n’accepterai son marché!
Ptah fronça les sourcils :
_Ca ne devait pas être nous qui devions poser les termes du marché?
_On dirait que le vent a tourné, fit remarqué Thot.
_Non, dit Mâât en levant la main pour les faire taire. Aucun vent n’a tourné. Osiris croit que je vais lui donner le livre parce que je ne peux refuser, mais que se passerait-il si jamais le livre n'était plus en ma possession?
Elle regarda Thot malicieusement. Il fronça les sourcils en attendant la suite de son idée.
_Osiris ignore ce que je prépare depuis si longtemps! Il ignore tout de ce que j'ai fait pour cacher le livre! Il n'y a même pas pensé!
Elle laissa échapper un rire moqueur puis enfin reprit son sérieux :
_Thot, prépare ton cheval!

Repost 0
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 17:49

Seulement, au Palais, une autre surprise les attendait. Osiris était là, en compagnie de Thot et Sobek. Nephtys l’accompagnait. Dès qu’elle vit Anubis, elle sembla sourire de satisfaction mais lorsqu’elle vit Ptah, la flamme du désir apparut dans ses yeux. Mâât savait que toutes les déesses avaient tenté de s’approprier le grand Ptah. Mais aucune n’y était arrivée.

_Qu’est-ce que j’apprends, Mâât? demanda Osiris en s’approchant d’elle. Que tu comptes faire annuler la mariage de Ptah et Sekhmet? Voyons, tu n’y penses pas!
_Mais mon cher Osiris, la loi peut...
_La loi! Toujours la loi!! C’est moi la loi ici Mâât! s’écria-t-il. Tu ne peux faire une chose sans mon accord!
Elle le regarda avec des yeux étonnés, presque apeurée par sa colère.
_Mais de toute façon, ça n’était qu’une idée. Il semble que le mariage de Sekhmet et Ptah ne se rompra pas finalement.
Osiris eut un sourire en regardant Nephtys.
_De toute façon, cela ne te regarde pas, Osiris! intervint Ptah, le regard mauvais. Les affaires privés ne te regardent pas, non?
_Elles peuvent me regarder à partir du moment ou cela concerne un autre dieu, répondit-il. La déesse Selket m’a rapporté une fâcheuse altercation entre toi et ta femme toute à l’heure. Cela ne me concernerait pas si tu n’avais pas insulté la déesse! Tu sais ce que ça coûte d’insulter un dieu, Ptah?
Ptah avait porté la main à son épée, prêt à se battre s’il le fallait, mais Mâât intervint :
_Et tu sais ce que ça coûte aussi d’interdire une chose à un dieu Osiris? Ta chère femme ne semble pas le savoir! Et toi, tu m’as pourtant volé une chose!
_Tu me traites de voleur?!
Osiris s’approcha d’elle et porta une main à son cou mais il n’eut guère le temps de la toucher, car Ptah brandit son épée et trancha la main du dieu qui tomba à terre dans un bruit sourd. Nephtys, tira elle aussi son épée en même temps qu’Anubis.

_Arrêtez! s’écria alors Mâât.

Repost 0
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 19:55

Quelques minutes plus tard, ils chevauchaient hors de l'enceinte du Palais, dépassant ses jardins luxuriants, ses fontaines magnifiques et ses étangs immenses. Le domaine d'Anubis se trouvait à quelques minutes de cheval. Les enceintes s'élevaient, hautes, noires et menaçantes. A l'intérieur, regroupés en rangs telle une armée qui attend son maître, des milliers de chacals, le regard furieux, les narines frémissantes, leurs grognements intenses. Ils baissèrent un genoux en terre lorsque Anubis, Mâât et Ptah passèrent devant eux. Le dieu des artisans put admirer les armes que portaient les serviteurs d'Anubis :
_Comment s'est-il procuré de telles armes? Je ne me rappelle pas en avoir fait pour lui? glissa Ptah à l'oreille de Mâât lorsqu'ils furent en retrait.
_En effet. Les guerriers d'Anubis tiennent leurs armes d'anciens guerriers de Seth, qu'ils avaient vaincu lors d'une bataille il y a très longtemps. Je ne me rappelle même plus quand!
_Alors ils n'auront pas besoin de mes armes!
Anubis s'arrêta quelques mètres plus loin et descendit de cheval pour s'avancer vers l'un de ses guerriers. Le grand chacal portait un collier de rubis et de lapis-lazuli ce qui signifiait qu’il était le général de cette armée. Anubis lui prit son épée et la tendit à Ptah.
_Il n’y a là-dedans aucun mystère, dit-il en inspectant la lame. Un matériaux que je connais bien!
Il redonna la lame à Anubis et se tournant vers Mâât, lui dit :
_Si jamais tu as besoin d’autres armes, je peux t’en confectionner des semblables!
_En fait, dit-elle, il se pourrait que dans un futur proche j’en ai en effet besoin.
Le regard de Ptah devint plus interrogateur que jamais.
_J’espère d’ici peu, continua-t-elle, compter dans mes rangs un dieu de plus. Un dieu qui possède une armée.
_Quel dieu? Aucun autre dieu ne dispose d’une armée, à part Anubis!
Mâât sourit, mais Ptah ne semblait pas comprendre. Elle préféra ne rien lui dire :
_Tu le sauras bien assez tôt! En attendant, nous avons 5000 guerriers d’Anubis avec nous! Ca peut peser lourd dans la balance.
Ptah eut un sourire malin et Anubis remonta en selle. Il regarda Mâât qui dit :
_Bien. Maintenant, il est temps d’offrir à Thot sa récompense! On rentre au Palais.

Repost 0
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 09:51

Ptah acquiesça d'un signe de tête et Anubis retourna s'asseoir. Thot ne quittait pas Mâât et Ptah des yeux. Il attendait une preuve de ce qu'il pensait d'eux, il voulait avoir raison et tord à la fois.
_J'ai autre chose à dire, reprit Ptah. Horus est de retour!
Cette fois-ci, tout le monde sembla extrêmement intéressé par ce qu'il avait à dire :
_Hathor le crie sur tous les toits!
_Cette vipère, siffla Anubis entre ses dents. Elle aurait put être de notre côté si Horus ne s'était fait son amant!
_Quoi?
Mâât, Sobek et Thot avaient des yeux grands ouverts :
_Vous n'êtes pas au courant? demanda Ptah visiblement étonné. Cela m'étonne de toi, Mâât, tu es toujours au courant de tout. Alors que moi qui me fiche, je dois le dire, de tous ces ragots, je l'ai sut dès que j'ai mis un pied dans le Palais!
_Horus et Hathor, murmura Mâât, voilà qui est intéressant.
_Que comptes-tu faire? demanda Anubis.
_Rien pour l'instant.
Elle s'avança vers Thot :
_Es-tu prêt pour le marché? Ou bien as-tu changé d'avis?
Anubis et Sobek échangèrent un regard surpris et comprirent qu'entre les deux dieux le soleil ne semblait pas au beau fixe. Anubis s'en accommoderait fort bien, lui.
_Bien sûr, répondit Thot. Je ferai ce que nous avons prévu.
_Bien.
Mâât se tourna vers les autres :
_Pour l'instant, restons discrets. Evitez surtout tout contact avec un dieu susceptible de servir Osiris. Sobek!
Le dieu inclina sa tête devant Mâât :
_Je te charge de surveiller de près Nephtys et Selket. Si un quelconque complot se murmure... je veux en être informée
_Bien, déesse.
_Thot, toi je te réserve une grande surprise! Tu vas enfin avoir ce que je t'ai promis! Nous irons voir cela dans un moment.
Elle se tourna alors vers Anubis :
_Quant à toi, Anubis, tu vas nous conduire Ptah et moi voir ton armée...
_Ton armée, déesse!
_Cela est la même chose, dit-elle dans un sourire.
Elle frappa dans ses mains et deux servantes arrivèrent :
_Faites seller mon cheval! Et apportez mon manteau!

Repost 0

Profil

  • Isis
  • Passionnée d'Egypte ancienne et d'écriture, la mythologie égyptienne est au coeur de ce blog. Venez découvrir Mâât, déesse de la justice, dans sa course au trône du Monde des Dieux...
  • Passionnée d'Egypte ancienne et d'écriture, la mythologie égyptienne est au coeur de ce blog. Venez découvrir Mâât, déesse de la justice, dans sa course au trône du Monde des Dieux...

Recherche

Liens